18 septembre 2023

Le préservatif gratuit pour les jeunes en pharmacie

Temps de lecture 4 minutes

Le préservatif est désormais gratuit pour les jeunes en pharmacie

Le préservatif masculin est désormais gratuit pour les moins de 26 ans. Un dispositif mis en place pour lutter contre la hausse des infections sexuellement transmissibles (IST) constatée chez les jeunes. Comment se procurer des préservatifs gratuits ? Quelles sont les marques disponibles en pharmacie ?

Comment se procurer des préservatifs gratuits ?

Depuis le 1er janvier 2023, le préservatif masculin est accessible gratuitement en pharmacie pour tous les jeunes, garçons ou filles, âgés de moins de 26 ans.
Deux marques sont disponibles : « Eden » et « Sortez couverts ».

Avant la délivrance, anonyme et gratuite (aucun courrier ne sera transmis par l’Assurance Maladie), le pharmacien demande la date de naissance du jeune. S’il est âgé de plus de 18 ans, il devra lui présenter sa carte Vitale, ou à défaut sa carte d’identité, en échange d’une boîte de 12 ou 24 préservatifs, selon la marque. Si le jeune est mineur, le pharmacien lui délivre la boîte de préservatifs sans demander la carte Vitale. Les plus de 16 ans peuvent présenter leur carte Vitale s’ils le souhaitent, sans obligation.

Les jeunes titulaires de l’Aide Médicale d’État (AME) peuvent également bénéficier des préservatifs gratuits en pharmacie, en présentant leur carte AME. Il en va de même pour les ressortissants de l’Union européenne sur présentation de leur carte européenne d’assurance maladie.

Pour les plus de 26 ans, il est possible d’obtenir des préservatifs remboursés sur ordonnance. Pour cela, il suffit de prendre un rendez-vous chez un médecin ou chez une sage-femme.

Promouvoir la santé sexuelle

D’autres mesures visant à promouvoir la santé sexuelle des jeunes sont déjà en place ou sont en préparation dans le Projet de loi de financement pour la Sécurité sociale (PLFSS) 2023 :

  • Les jeunes femmes jusqu’à 25 ans inclus bénéficient de la gratuité de la contraception ;
  • Le dépistage sérologique du VIH est accessible à tous dans les laboratoires de biologie médicale, sans nécessité d’ordonnance. Il est pris en charge à 100 % ;
  • Le dépistage sans ordonnance en laboratoire de biologie médicale est élargi pour inclure d’autres IST, avec une prise en charge à 100 % pour les moins de 26 ans ;
  • Toutes les femmes ont droit à la contraception d’urgence, sans besoin de prescription, et celle-ci sera prise en charge à 100 %.

Le préservatif en perte de vitesse chez les jeunes

Ce nouveau dispositif a pour but de lutter contre la progression des infections sexuellement transmissibles (IST) constatée chez les jeunes. Selon les derniers chiffres de Santé publique France, 15 % des personnes ayant découvert leur séropositivité en 2021 étaient âgées de moins de 25 ans. Et la part de cette classe d’âge ne baisse pas depuis 2017.
D’après les autorités sanitaires, cette situation serait due au fait que l’utilisation du préservatif baisse chez certains jeunes. Il est donc important de poursuivre les campagnes de prévention. L’usage du préservatif reste le seul moyen de se protéger des IST. Ainsi que le dépistage.

Pour l’hépatite B et l’infection à papillomavirus, un vaccin existe. Les préservatifs protègent imparfaitement contre l’infection à Papillomavirus humains (HPV) car ils ne couvrent pas l’intégralité des parties génitales. Seule la vaccination des jeunes filles et garçons est le moyen de prévention le plus efficace pour ces deux maladies.
La vaccination HPV prévoit :

  • Pour les jeunes filles et garçons âgés de 11 à 14 ans révolus : 2 injections, espacées de 6 à 13 mois ;
  • Un rattrapage de la vaccination possible entre 15 à 19 ans révolus si elle n’a pas eu lieu entre 11 et 14 ans, 3 injections sont alors nécessaires.

Pour aller plus loin : Juin Vert, mois de mobilisation contre le cancer du col de l’utérus

Dépistage gratuit pour les jeunes de moins de 26 ans

Les IST les plus fréquentes sont le VIH/Sida, les hépatites B et C, l’herpès, la blennorragie gonococcique, les chlamydioses, la syphilis et les papillomavirus (voir encadré). En cas de brûlures en urinant, de pertes vaginales, de boutons ou de verrues au niveau de la région des organes sexuels ou même sur l’ensemble du corps, d’ulcérations et de démangeaisons, n’hésitez pas à vous faire dépister, chez votre médecin traitant, votre gynécologue, votre dermatologue ou dans un centre de diagnostic et de traitement des IST (anonyme et gratuit).

Depuis le 1er janvier 2023, le dépistage de toutes les IST est gratuit et sans ordonnance dans tous les laboratoires jusqu’à 26 ans. C’était déjà le cas pour le dépistage du VIH depuis le 1er janvier 2022.
Certaines IST se repèrent après un examen médical, d’autres grâce à une prise de sang ou une analyse d’urine. Mais attention, ces infections sont souvent silencieuses, sans symptômes visibles. Si elles ne sont pas traitées à temps, les complications peuvent être irréversibles : douleurs chroniques, fragilisation des muqueuses, voire stérilité.

Chlamydia et gonocoque : deux IST très contagieuses

Parmi les IST les plus fréquentes, les infections à Chlamydia et au gonocoque sont particulièrement contagieuses. D’après Santé publique France (SPF), les infections à Chlamydia ont augmenté de 29 %, entre 2017 et 2019. Cette progression est plus marquée chez les femmes de 15 ans à 24 ans (+ 41 %) et chez les hommes de 15 ans à 29 ans (+ 45 %). Le nombre de diagnostics de gonococcie a quant à lui augmenté de 21 % sur la même période, surtout chez les hommes.

Nos dernières actualités

Prévention

Mars bleu : mobilisation contre le cancer colorectal

22 Fév 2024

Temps de lecture 5 minutes

Prévention

L’ostéoporose : des os fragilisés à risque de fracture

19 Jan 2024

Temps de lecture 7 minutes

Prévention

La Semaine européenne de la vaccination

18 Déc 2023

Temps de lecture 3 minutes

Prévention

Movember : le mois de la prévention des cancers masculins

08 Nov 2023

Temps de lecture 5 minutes

icone coeur solimut

Restez informé de notre actualité !

Les données à caractère personnel recueillies font l’objet d’un traitement par Solimut Mutuelle de France, conformément à la loi n°78-17 Informatique et Libertés du 6 janvier 1978 modifiée, et au règlement européen 2016/679 du 27 avril 2016.
Pour la réalisation de ce traitement, la Mutuelle pourra faire appel à un sous-traitant, lié par contrat, qui présentera les garanties suffisantes afin de répondre aux exigences de sécurité et de confidentialité des données,
ainsi qu'au respect des instructions de traitement définies par la mutuelle.
L’intégralité de la politique de protection des données personnelles mise en place par la Mutuelle peut être consultée à cette adresse. 

Une retraité parraine un proche
Heureuse de sa mutuelle
Adhérent mutuelle Solimut
Un senior ravi de sa mutuelle association
Une etudiante et sa mutuelle

N'attendez plus, rejoignez SOLIMUT MUTUELLE DE FRANCE !

La garantie de l’accès aux soins sans sélection, sans discrimination, sans exclusion quels que soient l'âge, l'état de santé ou le niveau de revenu.

logo coeur solimut 2

Si vous préférez nous joindre,

vous pouvez nous appeler au 0800 13 2000 (de 9h30 à 17h30 du lundi au vendredi)

* Nous vous rappelons que nos appels s’effectuent dans le respect de la loi n° 2021-402 du 8 avril 2021 et du décret n° 2022-34 du 17 janvier 2022 relatifs au démarchage téléphonique et nous vous informons qu’à défaut de consentement explicite de votre part, la Mutuelle ne sera pas en mesure de vous recontacter.

Les données à caractère personnel recueillies font l’objet d’un traitement par Solimut Mutuelle de France, conformément à la loi n°78-17 Informatique et Libertés du 6 janvier 1978 modifiée, et au règlement européen 2016/679 du 27 avril 2016.
Pour la réalisation de ce traitement, la Mutuelle pourra faire appel à un sous-traitant, lié par contrat, qui présentera les garanties suffisantes afin de répondre aux exigences de sécurité et de confidentialité des données,
ainsi qu'au respect des instructions de traitement définies par la mutuelle.
L’intégralité de la politique de protection des données personnelles mise en place par la Mutuelle peut être consultée à cette adresse. 

Les données à caractère personnel recueillies font l’objet d’un traitement par Solimut Mutuelle de France, conformément à la loi n°78-17 Informatique et Libertés du 6 janvier 1978 modifiée, et au règlement européen 2016/679 du 27 avril 2016.
Pour la réalisation de ce traitement, la Mutuelle pourra faire appel à un sous-traitant, lié par contrat, qui présentera les garanties suffisantes afin de répondre aux exigences de sécurité et de confidentialité des données,
ainsi qu'au respect des instructions de traitement définies par la mutuelle.
L’intégralité de la politique de protection des données personnelles mise en place par la Mutuelle peut être consultée à cette adresse.