10 mars 2021

La vaccination : un geste de solidarité

Temps de lecture 8 minutes

La vaccination a permis de maîtriser un grand nombre de maladies infectieuses graves en France et dans le monde. C’est un geste de prévention simple et efficace qui permet de se protéger individuellement mais aussi de protéger les personnes les plus fragiles.
Publié le 12 avril 2018

Onze vaccins obligatoires

Onze vaccins sont obligatoires (au lieu de trois) pour les enfants, nés à partir du 1er janvier 2018. L’objectif : augmenter la couverture vaccinale. Rappelons qu’entre 2008 et 2016, des pics épidémiques de rougeole, ont provoqué plus de 30 encéphalites et une vingtaine de décès. D’autre part, plus on est vacciné jeune, plus le vaccin est efficace.

Les vaccins obligatoires sont contre :

la coqueluche
l’Hæmophilus influenzæ b
l’hépatite B
le méningocoque C
le pneumocoque
la rougeole
les oreillons
et la rubéole
Les 3 vaccins contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite restent obligatoires.https://www.pasteur.fr/fr/centre-medical/preparer-son-voyage

Combien d’injections ?

10 injections en 6 rendez-vous étalés sur 2 ans seront nécessaires pour protéger l’enfant contre ces 11 maladies.

Pour les jeunes filles à partir de 11 ans, la vaccination contre les papillomavirus humains (Hpv) est recommandée. Elle représente un moyen de prévention du cancer du col de l’utérus complémentaire au dépistage du frottis, recommandé tous les trois ans de 25 à 65 ans.

Vaccination : les adultes aussi

Les adultes aussi doivent être à jour car la protection de certains vaccins ne dure pas toute la vie. D’autres, sont par ailleurs recommandées chez l’adulte dans des situations particulières, notamment en cas de projet de grossesse, de maladie chronique ou de personne fragile dans l’entourage. Vérifiez vos vaccinations avec votre médecin traitant.

Se protéger contre la grippe : la vaccination tous les ans contre la grippe est recommandée pour les personnes de 65 ans et plus, aux femmes enceintes, aux malades chroniques quel que soit leur âge, aux personnes obèses.

Enfin sachez qu’il existe aussi un vaccin contre le zona, recommandé pour les plus de 65 ans.

Les vaccins sont-ils sûrs ?
Oui. En France, l’Agence nationale de sécurité du médicament surveille tous les médicaments (vaccins inclus) et les évalue régulièrement. Elle délivre ensuite une autorisation de mise sur le marché.

Les adjuvants sont-ils nocifs ?
Les adjuvants servent à rendre le vaccin plus efface en améliorant la réponse immunitaire de l’organisme.
Les plus utilisés sont actuellement les sels d’aluminium. Un rapport du Haut conseil à la santé publique (hcsp.fr) remis à la ministre de la Santé en 2014, ne confirme pas le lien entre l’aluminium utilisé comme adjuvant et les troubles musculaires ou cognitifs dont souffrent quelques centaines de patients.

En pratique
Qui peut vacciner ?

Les médecins, y compris le médecin du travail, les infirmiers (sur prescription médicale).
Les centres de protection maternelle et infantile (Pmi), pour les enfants de moins de 7ans.
Les sages-femmes, pour le Dtp, la coqueluche, l’hépatite B, la grippe et la rubéole chez les femmes et le Bcg et l’hépatite B chez le nourrisson né de mère séropositive.
Quel remboursement ?

Tous les vaccins sont remboursés par l’assurance-maladie, à 65% ou 100%, sauf ceux recommandés pour les voyages à l’étranger.

COVID :

En matière de Covid-19 et de vaccination, les experts (ou pseudo-experts) sont nombreux… Ils remplissent les plateaux télé et les réseaux sociaux. Il est donc difficile de se faire une opinion sur la vaccination, et cela peut légitimement soulever interrogations, questions et inquiétudes. Comme toute politique de prévention, la vaccination est une stratégie de santé publique. Les choix qui sont opérés en matière de santé publique sont des choix politiques comme les autres qui doivent être débattus comme les autres. Or, pendant la crise de la COVID-19, aucune consultation nationale n’a été menée, alors que les décisions qui ont été prises touchent à nos libertés et à nos modes de vie. L’association des citoyens aux décisions a été inexistante. Solimut Mutuelle de France défend la démocratie en santé, nous souhaitons que chacun et chacune puisse être acteurs et actrice de sa santé. Solimut souhaite donc contribuer à l’information et à la sensibilisation sur la vaccination en relayant, les informations disponibles aujourd’hui. Aussi, nous vous proposons un vrai/faux sur la vaccination pour répondre aux questions que nous nous posons toutes et tous.
Publié le 11 février 2021

♦ Le vaccin contre la Covid est-il obligatoire ?

Non. Chacun est libre et responsable de son choix. Le recueil du consentement s’effectue à l’oral de façon claire par un médecin, qui doit respecter le choix du patient, en vertu du Code de la santé publique et du Code de déontologie médicale.

Pour Solimut, la vaccination est un acte citoyen et solidaire qui protège tout le monde et plus particulièrement les plus fragiles. Se vacciner, c’est d’abord se protéger soi pour éviter d’être malade ou de développer des formes graves. Mais c’est aussi protéger les autres en évitant la transmission à ses proches, à ses collègues, à son entourage en stoppant la diffusion de la maladie.

♦ Certains vaccins contre la Covid-19 sont à « ARN messager ». Sont-ils différents des vaccins que l’on connaissait jusque-là ?

Oui. Les deux principaux vaccins disponibles actuellement sont de nouveaux types de vaccins, appelés ARNm ou « à ARN messager ». Ces vaccins contiennent un ARN messager qui donne à l’organisme des « instructions » qui permettent aux cellules du corps de fabriquer une protéine spécifique du virus. Cette production de protéines active une réponse immunitaire : la fabrication d’anticorps. Si le virus entre à l’avenir dans l’organisme, il sera reconnu et rapidement détruit. Ce message ARN disparaît quelques heures après l’injection, cette molécule ne peut en aucun cas interagir avec notre génome ni conduire à son altération : rien à voir avec une thérapie génique ! Cette méthode était jusqu’à présent utilisée, dans le traitement de certaines maladies comme la rougeole, les oreillons ou la rubéole.

Chez Solimut, nous pensons qu’il est légitime de se poser des questions sur la fabrication de ce nouveau type de vaccin. Mais nous sommes aussi rassurés en sachant que pour sa mise sur le marché, le vaccin a été contrôlé par des structures publiques comme la Haute Autorité de santé en France et par l’Agence européenne des médicaments, au niveau européen. Pourtant, il est clair que ces contrôles doivent être accompagnés d’une meilleure information du public. Au vu des résultats scientifiques récemment publiés, les vaccins à ARN messager entrainent des résultats efficaces à 95% contre la Covid. Ils pourraient d’ailleurs être utilisés dans le cadre de la lutte contre le VIH et contre la sclérose en plaques notamment.

♦ Puis-je me faire vacciner dès aujourd’hui ?

Oui et non. Oui si j’ai plus de 75 ans, si j’ai entre 50 et 74 ans avec des cas de morbidité listés ici, si je suis jugée comme une personne vulnérable à haut risque ou si je suis professionnel de santé, résident de + de 60 ans dans les foyers de travailleurs migrants, personne en situation de handicap hébergée en MAS.

Chez Solimut, nous regrettons que les stocks de vaccins soient en nombre insuffisant. Certains laboratoires n’ont pas répondu aux commandes des Etats qui annonçaient dans le même temps pouvoir vacciner l’ensemble d’une catégorie de la population (les résidents en Ehpad par exemple). La communication gouvernementale autour de la vaccination a donc été vecteur de stress et d’anxiété pour les personnes concernées par la première étape ainsi que pour leurs proches. Cela montre bien notre dépendance stratégique et financière aux laboratoires privés.

Pour les mutualistes, la santé ne devrait pas être une marchandise soumise à la concurrence, à la rentabilité et aux appétits des firmes pharmaceutiques. Nous défendons l’idée d’un pôle public de la recherche en santé et l’embauche de chercheurs qui travaillent à l’intérêt général. Nous sommes aux côtés des soignants et des chercheurs qui luttent pour une organisation de notre système de santé à la hauteur des enjeux.

♦ Peut-on se faire vacciner dans des établissements mutualistes ?

Oui et non. Dans les Ehpad mutualistes, la vaccination des résidents et des professionnels de santé a d’ores et déjà commencé.

Chez Solimut, nous pensons que les centres de santé mutualistes doivent être mobilisés par les pouvoirs publics pour être partie prenantes de la campagne de vaccination. Les centres de santé mutualistes disposent de l’expertise et des locaux pour être transformés en centres de vaccination. Nous avons fait connaitre notre disponibilité aux pouvoirs publics, mais nous attendons encore d’être associés à la campagne de vaccination nationale. Les médecins mutualistes vaccineront les patients des centres de santé dès que possible.

Les centres de santé mutualistes sont particulièrement présents dans les déserts médicaux et sont souvent le seul premier point d’accès à la santé à des kilomètres à la ronde.

♦ Les citoyens ont-il été suffisamment associés aux décisions pendant la pandémie ?

Non, les citoyens n’ont pas été associés aux décisions sanitaires qui les concernent pourtant au plus haut point. L’état d’urgence sanitaire donne toute latitude au gouvernement pour prendre des mesures lourdes de conséquences pour notre quotidien, sans véritable débat démocratique.

Solimut rappelle que tous les acteurs de la démocratie en santé n’ont pas été mobilisés : mutuelles, acteurs de santé, associations, collectivités, institutions concernées, n’ont pas été suffisamment écoutés.

Et pourtant, on le sait, l’écoute et la participation des citoyens aux prises de décision est un facteur de réussite collective, surtout lorsque les décisions prises touchent aussi intimement à nos libertés et à nos modes de vie.

Chez Solimut, nous avons fait le choix d’expliquer en toute transparence ce que signifie l’acte de vaccination et de répondre aux besoins des adhérents en difficulté pour y accéder. C’est le sens de notre campagne d’information et de la visioconférence organisée le 10 mars à 18h30 sur nos réseaux sociaux avec un professionnel de santé et un professionnel de l’information retransmise en direct sur notre page Facebook.

Nos dernières actualités

Prévoyance

Prévoyance hospitalisation : pourquoi souscrire un contrat de prévoyance et quelles garanties choisir ?

13 Juin 2024

Temps de lecture 5 minutes

Prévention

Période estivale : attention aux noyades !

11 Juin 2024

Temps de lecture 3 minutes

Prévoyance

Prévoyance obsèques : tout ce qu’il faut savoir

06 Juin 2024

Temps de lecture 5 minutes

Prévoyance

La garantie accident de la vie : une protection essentielle pour votre quotidien

04 Juin 2024

Temps de lecture 6 minutes

icone coeur solimut

Restez informé.e de notre actualité !

Les données à caractère personnel recueillies font l’objet d’un traitement par Solimut Mutuelle de France, conformément à la loi n°78-17 Informatique et Libertés du 6 janvier 1978 modifiée, et au règlement européen 2016/679 du 27 avril 2016.
Pour la réalisation de ce traitement, la Mutuelle pourra faire appel à un sous-traitant, lié par contrat, qui présentera les garanties suffisantes afin de répondre aux exigences de sécurité et de confidentialité des données,
ainsi qu'au respect des instructions de traitement définies par la mutuelle.
L’intégralité de la politique de protection des données personnelles mise en place par la Mutuelle peut être consultée à cette adresse. 

Une retraité parraine un proche
Heureuse de sa mutuelle
Adhérent mutuelle Solimut
Un senior ravi de sa mutuelle association
Une etudiante et sa mutuelle

N'attendez plus, rejoignez SOLIMUT MUTUELLE DE FRANCE !

La garantie de l’accès aux soins sans sélection, sans discrimination, sans exclusion quels que soient l'âge, l'état de santé ou le niveau de revenu.

logo coeur solimut 2

Si vous préférez nous joindre,

vous pouvez nous appeler au 0800 13 2000 (de 9h30 à 17h30 du lundi au vendredi)

* Nous vous rappelons que nos appels s’effectuent dans le respect de la loi n° 2021-402 du 8 avril 2021 et du décret n° 2022-34 du 17 janvier 2022 relatifs au démarchage téléphonique et nous vous informons qu’à défaut de consentement explicite de votre part, la Mutuelle ne sera pas en mesure de vous recontacter.

Les données à caractère personnel recueillies font l’objet d’un traitement par Solimut Mutuelle de France, conformément à la loi n°78-17 Informatique et Libertés du 6 janvier 1978 modifiée, et au règlement européen 2016/679 du 27 avril 2016.
Pour la réalisation de ce traitement, la Mutuelle pourra faire appel à un sous-traitant, lié par contrat, qui présentera les garanties suffisantes afin de répondre aux exigences de sécurité et de confidentialité des données,
ainsi qu'au respect des instructions de traitement définies par la mutuelle.
L’intégralité de la politique de protection des données personnelles mise en place par la Mutuelle peut être consultée à cette adresse. 

Les données à caractère personnel recueillies font l’objet d’un traitement par Solimut Mutuelle de France, conformément à la loi n°78-17 Informatique et Libertés du 6 janvier 1978 modifiée, et au règlement européen 2016/679 du 27 avril 2016.
Pour la réalisation de ce traitement, la Mutuelle pourra faire appel à un sous-traitant, lié par contrat, qui présentera les garanties suffisantes afin de répondre aux exigences de sécurité et de confidentialité des données,
ainsi qu'au respect des instructions de traitement définies par la mutuelle.
L’intégralité de la politique de protection des données personnelles mise en place par la Mutuelle peut être consultée à cette adresse.