1 juillet 2016

Handicap : quelles solutions pour mieux vivre ?

Temps de lecture 7 minutes

Handicap : quelles solutions pour mieux vivre ?

Handicap physique, sensoriel, mental, maladie chronique invalidante, autisme… Aces situations, souvent complexes et difficiles à vivre, se greffent une charge financière, parfois lourde à assumer mais aussi des problématiques multiples pour s’intégrer dans la vie sociale, professionnelle, scolaire. S’il existe des aides, il faut aussi être aidé pour les obtenir. Solimut Mutuelle de France y veille.

Loi 2005… Egalité des droits

Si auparavant seules les personnes souffrant d’un handicap physique étaient reconnues et bénéficiaient d’aides, cette situation a changé depuis la loi du 11 février 2005.

Commençant par rappeler la définition du mot handicap, la nouvelle loi en a élargi les droits : “Constitue un handicap, au sens de la présente loi, toute limitation d’activité ou restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne en raison d’une altération substantielle, durable ou définitive d’une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d’un polyhandicap ou d’un trouble de santé invalidant.”

Les avancées de cette loi touchent les thèmes suivants : accessibilité, scolarité, droit à la compensation, ressources, etc.

Pour connaître vos droits en tant que personne handicapée, la première chose à faire est de connaître la Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH) de votre département.

Consulter le portail des Maisons Départementales des Personnes Handicapées
Faire face aux difficultés financières

Il existe plusieurs aides pour faire face aux difficultés matérielles liées à son handicap. Ces aides peuvent être financières pour assurer un revenu minimum, mais aussi technique ou matérielle, pour apporter des solutions à des problèmes divers comme l’aménagement de son logement.

Ces aides sont les suivantes :

l’allocation aux adultes handicapés (AAH) pour leur assurer un revenu minimum.
le complément de ressources (CPR) : s’ajoute à l’AAH pour compenser l’absence durable de revenus des personnes dans l’incapacité de travailler
l’allocation d’éducation de l’enfant handicapé (AEEH) destinée à soutenir les personnes en charge d’un enfant handicapé (non soumise à condition de ressources)
la prestation de compensation du handicap (PCH) de l'enfant et de l'adulte : au nombre de six, elles concernent les aides humaines, techniques, aménagement du logement, transport, exceptionnelles (frais de réparation d’un fauteuil roulant, d’un lit médicalisé…), aide animalière.

En cas de demande, déposez votre dossier auprès de la MDPH qui se prononce sur le droit à l’allocation. Ensuite, l’organisme payeur (CAF ou MSA) vérifie les conditions administratives (ressources, nationalité…) avant de verser l’allocation.
Des cartes pour faciliter la vie quotidienne

En fonction de leur situation (taux de handicap, station debout pénible, etc.), les personnes handicapées, ou parfois leurs proches, peuvent obtenir gratuitement un certain nombre de cartes pour faciliter la vie au quotidien : carte d’invalidité, carte “priorité pour personne handicapée”, carte de stationnement. La majorité de ces cartes peuvent être demandées auprès des MDPH.

Pour mieux connaître leur condition d’obtention
Des aides à la scolarité

En principe, tout enfant ou adolescent porteur de handicap doit être inscrit dans l’établissement scolaire le plus proche de son domicile, en milieu scolaire ordinaire, et bénéficier d’un parcours scolaire continu et adapté.

L’enfant ou l’adolescent peut être scolarisé en milieu ordinaire (classe normale, SEGPA, EREA), dans des classes spécialisées en milieu ordinaire (CLIS, ULIS). Si son handicap l’exige, l’enfant peut effectuer sa scolarité dans un établissement spécialisé (IME, ITEP).

Parallèlement, d’autres aides existent :

pour soutenir l’enfant dans sa scolarité en primaire : Attribution d'une aide humaine (AVS) : accordée sur dossier par la commission des droits et de l'autonomie des personnes handicapées (CDAPH) ;
pour mettre en place un matériel pédagogique adapté (toujours s’adresser à la CDAPH) ;
Pour un transport scolaire adapté ;
Pour une orientation vers un établissement ou un service médico-social.

Aides dans le cadre de son parcours professionnel

Pour une personne handicapée, les possibilités d’obtenir un emploi et de le conserver peuvent être réduites du fait de son handicap qu’il s’agisse d’altération d’une ou plusieurs fonctions physique, sensorielle, mentale ou psychique. Pour faire face à cette situation, d’autant plus difficile dans une conjoncture économique tendue, plusieurs aides sont créées qui peuvent concerner le travailleur handicapé ou l’employeur et l’aider dans CMU.
Faire face à la précarité

De façon plus générale et ouvertes à toute personne en situation précaire, il existe des aides complémentaires qui sont :

l'AME (Aide Médicale d’Etat) : destinée à permettre l’accès aux soins des personnes en situation irrégulière, attribuée sous conditions de résidence et de ressources ;
deux Aides pour faciliter l’accès à une complémentaire santé : CMU et ACS attribuées en fonction des revenus (simulateur de droits) ;
des prestations exceptionnelles pour affronter des problèmes spécifiques : besoin de lunettes, besoin d’un appareillage auditif, incapacité à payer ses factures EDF, GDF…

La plupart de ces aides sont à demander soit auprès de la Maison Départementale des personnes Handicapées (MDHP), soit de la Sécurité Sociale (retraités).
Faire face aux difficultés administratives avec Solimut Mutuelle de France

Solimut Mutuelle de France est très consciente de la difficulté administrative d’obtention de ces aides.
A qui s’adresser ?
Comment compléter les formulaires de la sécurité Sociale ou de la MDPH ?
Faut-il un devis ou autre document ?
Comment bien exprimer sa demande en cas de dossier à déposer auprès de la commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH) ? Quelles sont les associations qui peuvent vous accompagner dans vos démarches ?

Dans cette optique, la Mutuelle possède un service dont l’objectif est de vous apporter des réponses sur ces différents sujets. Pour prendre contact avec eux, adressez votre demande à votre agence de proximité qui servira de relais.
Bien comprendre la demande avec le soutien de Solimut Mutuelle de France

Chaque situation est très complexe et le taux d’invalidité n’est pas un indice suffisant pour définir quelle aide sera la mieux adaptée et la plus susceptible d’être acceptée. Le pôle de Solimut Mutuelle de France accorde beaucoup d’importance à bien comprendre la situation de la personne, ses problématiques pour sélectionner le type d’aide dont elle a besoin :

accès aux droits : comment y accéder,
accès aux soins : comment se faire soigner, par quels moyens,

A chaque situation, il s’agit d’orienter la personne sur le bon interlocuteur, l’aider à remplir les formulaires administratifs, défendre sa demande auprès des organismes.
Le réseau d’entraide solidaire de Solimut Mutuelle de France

Pour répondre à toutes les demandes extrêmement nombreuses, Solimut Mutuelle de France a développé plusieurs partenariats avec des associations : Les Petits Frères des Pauvres, Le Secours Populaire, le Secours Catholique.
Cet échange constant d’informations entre les associations partenaires et Solimut Mutuelle de France permet d’élargir les actions de soutien en faveur des personnes âgées, des personnes en situation de précarité mais aussi de leur proposer l’ACS, l’Aide à une complémentaire Santé qui leur donne l’accès à des soins de qualité.
Agir face à l’autisme

La première chose à faire est de réaliser un bilan, véritable sésame pour avoir droit aux différentes aides existantes. Ce bilan doit être réalisé au sein d’un CRA (Centre de Ressources Autisme) afin d’être reconnu par la MDPH (Maison départementale des personnes handicapées) et ouvrir droit aux aides. Le bilan fait par un psychiatre n’aura pas cette reconnaissance totale.

Généralement, les délais d’obtention d’un premier rendez-vous au sein d’un CRA sont longs d’autant plus qu’ils prennent en priorité les enfants entre 3 et 5 ans. Attention de bien choisir le CRA dont vous dépendez qui n’est pas forcément le plus proche de chez vous.

Le résultat de ce bilan réalisé par un psychiatre accompagné d’une équipe pluridisciplinaire permet de déterminer le niveau d’autisme dont souffre votre enfant et de vous préciser les types de rééducation préconisés pour lui.

Dès l’obtention de ce bilan (et même parfois avant), vous pouvez déposer un dossier à la MDPH pour obtenir différentes aides en fonction de votre situation. Ces aides même si elles existent sont souvent difficiles à obtenir. Elles sont les mêmes que décrites précédemment : Allocation de l’enfant handicapé, AVS, etc. et le droit à une place au CESSAD (organisme dédié aux handicapés qui suit l’enfant dans son milieu quotidien, école et famille – liste d’attente très longue).

Avec la loi de 2013 sur l’inclusion scolaire (loi sur l’égalité des chances), les enfants autistes ont droit à être scolarisés dans les mêmes établissements scolaires que les autres enfants. En France, seuls 20 % des enfants autistes le sont contre 97 % au Canada. Et c’est regrettable car les meilleurs thérapeutes des autistes sont souvent les enfants qui les stimulent de façon tout à fait naturelle. Les enfants autistes souffrent très souvent d’un problème de communication avec leur entourage. Incapable d’exprimer son choix, son besoin, incapable de lire les émotions sur le visage de l’autre, l’enfant autiste doit apprendre tous ces codes sociaux qui ne sont pas innés chez lui. C’est un véritable apprentissage qui demande une implication quotidienne de ses proches. L’hôpital de jour (IME) manque généralement d’équipes pour prodiguer ce type d’apprentissage.

Aujourd’hui, un enfant sur 150 souffrirait d’autisme, 95 % des Asperger ne seraient pas identifiés et traités comme schizophrènes.
Face au peu de mesures proposées en France, le partage d’informations est très important.

les cafés Asperger
les associations
les réseaux d’entraide entre personnes autistes

En savoir plus sur l’autisme

Le site sur l’autisme
Le site des Centres de Ressources Autismes et leurs coordonnées
Le guide pour l’enseignant ayant un ou plusieurs enfants autistes
Le cerveau d’HugoLe cerveau d’Hugo
Liste des associations sur l’autisme en France

Nos dernières actualités

Solimut actu

Le centre de santé Paul Paret souffle ses 60 bougies !

27 Fév 2024

Temps de lecture 4 minutes

Prévention

Mars bleu : mobilisation contre le cancer colorectal

22 Fév 2024

Temps de lecture 5 minutes

Santé et bien-être

Mutuelle pour les retraités : tout ce qu’il faut savoir !

20 Fév 2024

Temps de lecture 7 minutes

Solimut actu

Fuite de données en lien avec la cyberattaque de Viamedis

09 Fév 2024

Temps de lecture 3 minutes

icone coeur solimut

Restez informé de notre actualité !

Les données à caractère personnel recueillies font l’objet d’un traitement par Solimut Mutuelle de France, conformément à la loi n°78-17 Informatique et Libertés du 6 janvier 1978 modifiée, et au règlement européen 2016/679 du 27 avril 2016.
Pour la réalisation de ce traitement, la Mutuelle pourra faire appel à un sous-traitant, lié par contrat, qui présentera les garanties suffisantes afin de répondre aux exigences de sécurité et de confidentialité des données,
ainsi qu'au respect des instructions de traitement définies par la mutuelle.
L’intégralité de la politique de protection des données personnelles mise en place par la Mutuelle peut être consultée à cette adresse. 

Une retraité parraine un proche
Heureuse de sa mutuelle
Adhérent mutuelle Solimut
Un senior ravi de sa mutuelle association
Une etudiante et sa mutuelle

N'attendez plus, rejoignez SOLIMUT MUTUELLE DE FRANCE !

La garantie de l’accès aux soins sans sélection, sans discrimination, sans exclusion quels que soient l'âge, l'état de santé ou le niveau de revenu.

logo coeur solimut 2

Si vous préférez nous joindre,

vous pouvez nous appeler au 0800 13 2000 (de 9h30 à 17h30 du lundi au vendredi)

* Nous vous rappelons que nos appels s’effectuent dans le respect de la loi n° 2021-402 du 8 avril 2021 et du décret n° 2022-34 du 17 janvier 2022 relatifs au démarchage téléphonique et nous vous informons qu’à défaut de consentement explicite de votre part, la Mutuelle ne sera pas en mesure de vous recontacter.

Les données à caractère personnel recueillies font l’objet d’un traitement par Solimut Mutuelle de France, conformément à la loi n°78-17 Informatique et Libertés du 6 janvier 1978 modifiée, et au règlement européen 2016/679 du 27 avril 2016.
Pour la réalisation de ce traitement, la Mutuelle pourra faire appel à un sous-traitant, lié par contrat, qui présentera les garanties suffisantes afin de répondre aux exigences de sécurité et de confidentialité des données,
ainsi qu'au respect des instructions de traitement définies par la mutuelle.
L’intégralité de la politique de protection des données personnelles mise en place par la Mutuelle peut être consultée à cette adresse. 

Les données à caractère personnel recueillies font l’objet d’un traitement par Solimut Mutuelle de France, conformément à la loi n°78-17 Informatique et Libertés du 6 janvier 1978 modifiée, et au règlement européen 2016/679 du 27 avril 2016.
Pour la réalisation de ce traitement, la Mutuelle pourra faire appel à un sous-traitant, lié par contrat, qui présentera les garanties suffisantes afin de répondre aux exigences de sécurité et de confidentialité des données,
ainsi qu'au respect des instructions de traitement définies par la mutuelle.
L’intégralité de la politique de protection des données personnelles mise en place par la Mutuelle peut être consultée à cette adresse.