Accueil > Solimag > Santé et bien-être > L'amiante : s'informer, se protéger, se soigner
À la une

L'amiante : s'informer, se protéger, se soigner

amainte-danger-cancer-solimut-poumon
À la une
L’usage de l’amiante a été réglementé en France à partir de 1977 puis interdite en 1997. Solimut Mutuelle de France s’est engagée très tôt dans la défense de ses adhérents souffrant de maladies professionnelles, en particulier celles liées à l’exposition à l’amiante. Solimut continue d’informer sur les dangers et œuvre aux côtés des associations d’aide aux victimes pour défendre les droits de tous en matière de santé.
Publié le 9 mai 2022

Définition :

L’amiante est un minerai fibreux, broyé. Cette roche est composée de fibres invisibles 400 à 500 fois moins épaisses qu’un cheveu. Présent dans la nature, l’amiante pouvait servir à fabriquer un matériau isolant très performant, utilisé dans le secteur de l’industrie et du bâtiment.

Les dangers de l’amiante sont connus depuis le début du 20e siècle : publication de Denis AURIBAULT (inspecteur du travail dans le bulletin de l’inspection du travail en 1906), concernant une usine de filature et de tissage d’amiante à CONDE SUR NOIREAU dans le CALVADOS.
 

1.    Maladies non cancéreuses de la plèvre

 



1.    Maladies non cancéreuses de la plèvre

  • La fibrose de la plèvre pariétale : se caractérise par l’épaississement des tissus pouvant entrainer une diminution modérée de la fonction respiratoire.
  • La pleurésie : se manifeste par une présence anormale de liquide dans la plèvre.
  • La fibrose de la plèvre viscérale : elle provoque des épaississements de la plèvre viscérale, qui ont des conséquences sur la santé plus importantes que les plaques pleurales. En effet, cette fibrose cause des douleurs thoraciques et une altération de la fonction respiratoire (diminution du volume d’air que peuvent inspirer les poumons).

2.    L’asbestose, maladie touchant les poumons 

L’asbestose est une fibrose des poumons liée à l’inhalation de l’amiante, elle peut provoquer différents symptômes : toux chronique, essoufflement à l’effort, troubles respiratoires, altération de la diffusion de l’oxyde de carbone dans les alvéoles pulmonaires.
Les premiers signes peuvent se déclarer plus de 20 ans après les premières inhalations. Seule l’imagerie médicale, ainsi que l’analyse au microscope des tissus touchés peuvent démontrer que les symptômes ne sont pas liés à une autre maladie et qu’une exposition à l’amiante a bien eu lieu.

 

3.    Les cancers dus à l’amiante

Amiante et cancer broncho-pulmonaire. 

Le cancer des bronches et des poumons dû à l’amiante ne présente pas de spécificités par rapport à un cancer ayant une autre origine.

Ainsi, les symptômes, les résultats des analyses et des radiographies, sont identiques que la tumeur soit liée à l’inhalation d’amiante ou qu'elle soit due au tabac.
Le tabac reste d’ailleurs la première cause de cancer broncho-pulmonaire. Cependant, l’exposition à l’amiante augmente les risques de cancer du poumon. Ces risques sont même multipliés (et pas simplement additionnés) pour les personnes exposées conjointement à l’amiante et au tabac.

Ainsi, par rapport à un individu qui ne fume pas et n’est pas en contact avec de l’amiante :

•    Les fumeurs ont dix fois plus de risques de développer un cancer du poumon,

•    Les personnes en contact avec l’amiante en ont cinq fois plus,

•    Celles exposées aux deux facteurs présentent cinquante fois plus de risques.

4.    Faire reconnaitre une maladie due à l’amiante comme maladie professionnelle

Vous avez été exposé à l’amiante dans le cadre de votre travail et vous souffrez d’une maladie de la plèvre ou des poumons ?

Vous pouvez peut-être la faire reconnaître comme maladie professionnelle (due à l'exposition plus ou moins prolongée à un risque dans le cadre du travail). L’amiante est responsable chaque année de 3 à 4 000 maladies reconnues comme étant liées au travail. Il s’agit de la deuxième cause de maladies professionnelles.

5.    Une maladie peu reconnue

Les personnes souffrant d’une maladie professionnelle liée à l’amiante, et reconnue comme telle, peuvent bénéficier d'une allocation de cessation anticipée d'activité.

Plus largement, toute personne subissant les effets de l'amiante peut obtenir une indemnité pour son préjudice auprès du Fonds d'indemnisation des victimes de l'amiante (FIVA)

De nombreuses associations se sont crées depuis ces 50 dernières années pour venir en aide aux victimes de l’amiante. Le but des associations est de promouvoir l’entraide, la solidarité entre les victimes, de les conseiller, de défendre leurs intérêts matériels et moraux, de les informer ou encore, d’obtenir réparation dans le cadre des systèmes prévus par la loi, ou par voie judiciaire et enfin d’apporter toutes aides et compétences juridiques et médicales. 
 

Associations d’aide aux victimes :

Le centaure (BOUCHES DU RHONE), association créée en 1988 à la suite de la fermeture des chantiers navals. Quand les chantiers ont fermé, il a fallu continuer le suivi des victimes. Le problème commençait à être récurrent. L’action du CENTAURE s’est appuyée sur le travail mené par le comité d’entreprise des chantiers, les comités d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail et le centre médical mutualiste PIERRE CALISTI à La Ciotat (13) sur les maladies professionnelles.  Association Centaure (pour les victimes de l'amiante) SISTEPACA.

Le CAPER, association présente dans de nombreux départements et connue de Solimut Mutuelle de France (CAPER 38, 69, 71….). La création du CAPER date de 1976. La déclaration au journal officiel s’est faite le 15 janvier 1997 avec parution le 29 janvier 1997. Elle soutient et accompagne les victimes de toutes les maladies professionnelles qu’elles soient liées à l’amiante ou à d’autres expositions.

Créé à l’origine pour défendre les victimes de l’amiante, le Comité Action Prévenir et Réparer NORD-ISERE a désormais pour vocation d’aider toutes les personnes touchées par une maladie professionnelle. L’association se charge des procédures administratives et juridiques (déclarations de maladie professionnelle et procédures d’indemnisations) et soutient les malades, ainsi que leurs familles, pendant et après l’épreuve de la maladie.

L’association lutte également pour faire interdire les substances dangereuses (en œuvrant notamment pour l’éradication de l’amiante), pour défendre les droits des malades et pour faire condamner les « empoisonneurs ». CAPER NORD-ISERE | Accompagner et défendre les victimes de l'Amiante et de Maladies Professionnelles

CARCOP

Consultation d’aide à la reconnaissance des cancers d’origine professionnelle

Ce dispositif, qui a le statut d'une mutuelle, ouvert à toute personne, fonctionne ainsi dans une totale indépendance vis-à-vis des employeurs, des médecins, ou de quelque institution que ce soit. Il est composé d'une équipe de praticiens, constituée de médecins du travail, psychologues spécialisés sur les questions de travail, psycho-dynamiciens et de juristes.

Les professionnels du dispositif accompagnent les patients dans toutes les démarches de reconstitution du parcours professionnel et d’identification des expositions et des agents cancérigènes, dans la constitution du dossier en vue de la déclaration de maladie professionnelle et dans le suivi du dossier.

 

Pour en savoir plus : 

 

Maladies dues à l'amiante | ameli.fr | Assuré

https://www.victimes-amiante.org

Amiante : Contacts et associations pour en savoir plus - Doctissimo

Contacter l'association S.O.S. Amiante - Association de Victimes de l'Amiante (victimes-amiante.org)

 

Noter l'article

(0 vote(s))

Commentaires

Besoin d’aide ?
Je m'appelle Lucie, je suis ici pour répondre à vos questions.

Me rappeler Questions/Réponses
Besoin d'aide