14 mars 2021

Maladie professionnelle et entreprise : les troubles psychiques bientôt reconnus ?

Temps de lecture 4 minutes

maladie professionnelle et entreprise les troubles psychiques

Partout dans le monde, la reconnaissance de la maladie professionnelle fait l’objet d’une classification au niveau national pour faciliter la reconnaissance et l’indemnisation des salariés concernés.
Publié le 14 avril 2014

Partout dans le monde, la reconnaissance de la maladie professionnelle fait l’objet d’une classification au niveau national pour faciliter la reconnaissance et l’indemnisation des salariés concernés.

{{btnoffre href=/mutuelle-obligatoire.html}}L’indemnisation en cas de maladie professionnelle est majoritairement financée par les employeurs, ce qui explique l’amélioration de la prévention en rapport avec les maladies professionnelles reconnues. Aujourd’hui la France connaît une forte augmentation des demandes de reconnaissance de maladies professionnelles sur le plan psychique en rapport avec l’explosion des phénomènes de souffrance au travail et de burn-out en période de crise. Le point sur cette question délicate sur les plans éthique et économique.

A partir de quand parle-t-on de maladie professionnelle ?
La maladie professionnelle, pour être reconnue comme telle, doit répondre à un certain nombre de critères stricts.

Trois conditions sont à réunir pour qu’une maladie professionnelle soit prise en charge :

La maladie doit figurer dans un des tableaux.
La victime doit apporter la preuve de son exposition au risque.
La maladie doit être constatée médicalement dans les délais prévus par les tableaux à partir de la date de fin d’exposition au risque.
Cependant, une maladie ne figurant dans aucun tableau peut également faire l’objet d’une demande de reconnaissance. Dans ce cas, un comité régional de reconnaissance des maladies professionnelles statue sur la légitimité du lien à établir entre la maladie et le milieu professionnel. Un dossier est alors à constituer, comprenant notamment un avis du médecin de l’entreprise et un témoignage de l’employeur quant à l’exposition du salarié au risque.

En d’autres termes, un lien entre le milieu de travail et la maladie doit être formellement établi.

On voit d’emblée le problème qui se pose quant aux affections psychiques, pour lesquelles il est difficile de discerner ce qui dans la pathologie relève de l’individu ou de son milieu de travail, puisqu’il s’agit précisément d’une mauvaise alchimie entre ces deux aspects.

Maladie professionnelle, symptômes visibles, causes invisibles.
Il n’existe actuellement pas de tableau des maladies professionnelles à dominante psychique.

Seul le Danemark prévoit une prise en compte de ce type de lésion, c’est ce que révèle une étude du comité Eurogip publiée en février 2013. Si on observe les critères d’admission dans la catégorie des maladies professionnelles psychiques proposés par la nomenclature danoise, on constate toute la difficulté d’objectiver ce type de pathologie et d’en apporter la preuve.

Tout d’abord les symptômes doivent être criants : cauchemars, flash-back, insomnies, crises de colère, sursauts inexpliqués pour ne citer qu’eux, autant dire qu’il faut être dans un état digne d’une prise en charge psychiatrique intensive, ce de manière très expressive.

Ensuite, en ce qui concerne les causes ayant provoqué cet état peu enviable, le tableau est tout aussi excessif : on parle d’exposition à un stress extraordinairement sévère, ou d’une nature menaçante ou catastrophique.

La classification ne donne pas d’indication sur les méthodes d’évaluation de ces critères, mais précise tout de même que certaines pathologies psychiques, comme la dépression, le stress, les phobies, les troubles obsessionnels compulsifs, peuvent être reconnues comme étant en lien avec le milieu professionnel même dans le cas où le salarié présente un terrain favorable individuel préexistant à ces troubles.

Selon l’assurance maladie, seules 45% des demandes de reconnaissance de maladie professionnelle à caractère psychique auraient abouti en 2012 en France. Le fait est qu’avec ou sans tableau de référence, les troubles psychiques sont une maladie complexe à évaluer, tant les registres privé et professionnel s’y imbriquent.

Le psychisme au cœur de la problématique des maladies professionnelles ?
A l’heure actuelle, les maladies répertoriées dans les tableaux de référence sont essentiellement les maladies respiratoires, les troubles musculo-squelettiques, et les cancers ou autres affections pathologiques en rapport avec une exposition prolongée à une ou plusieurs substances chimiques ou organiques reconnues comme dangereuses.

Cette reconnaissance a certes permis une amélioration considérable des conditions de travail et de la prévention pendant le XXème siècle, mais a vu simultanément s’accroître les phénomènes de stress, d’anxiété, ou de dépression chroniques en lien avec le travail.

Est-ce parce que nous n’avons plus à nous soucier de notre intégrité physique que nous nous penchons désormais, sorte de luxe du XXIème siècle, sur l’aspect intérieur de notre vécu professionnel ?

{{btnoffre href=/mutuelle-obligatoire.html}}Est-ce parce que le travail prend une place grandissante dans les vies et qu’on ne travaille plus seulement pour vivre et nourrir sa famille, mais pour réussir au sens social ? Ou encore le salarié moderne se pose-t-il trop de questions sur son bien-être ?

Est-ce parce que les conditions économiques font porter aux individus le joug d’une pression qui dépasse largement l’entreprise et les contextes locaux particuliers ?

Toujours est-il que c’est sur cet aspect aussi passionnant que complexe qu’est la dimension psychosociale des nouvelles maladies professionnelles que doivent désormais être portés les efforts de solidarité collective et de prévention.

Nos dernières actualités

Santé et bien-être

Mutuelle pour les retraités : tout ce qu’il faut savoir !

20 Fév 2024

Temps de lecture 7 minutes

Solimut actu

Fuite de données en lien avec la cyberattaque de Viamedis

09 Fév 2024

Temps de lecture 3 minutes

Prévention

L’ostéoporose : des os fragilisés à risque de fracture

19 Jan 2024

Temps de lecture 7 minutes

Santé et bien-être

Tout savoir sur la perte d’autonomie

19 Jan 2024

Temps de lecture 6 minutes

icone coeur solimut

Restez informé de notre actualité !

Les données à caractère personnel recueillies font l’objet d’un traitement par Solimut Mutuelle de France, conformément à la loi n°78-17 Informatique et Libertés du 6 janvier 1978 modifiée, et au règlement européen 2016/679 du 27 avril 2016.
Pour la réalisation de ce traitement, la Mutuelle pourra faire appel à un sous-traitant, lié par contrat, qui présentera les garanties suffisantes afin de répondre aux exigences de sécurité et de confidentialité des données,
ainsi qu'au respect des instructions de traitement définies par la mutuelle.
L’intégralité de la politique de protection des données personnelles mise en place par la Mutuelle peut être consultée à cette adresse. 

Une retraité parraine un proche
Heureuse de sa mutuelle
Adhérent mutuelle Solimut
Un senior ravi de sa mutuelle association
Une etudiante et sa mutuelle

N'attendez plus, rejoignez SOLIMUT MUTUELLE DE FRANCE !

La garantie de l’accès aux soins sans sélection, sans discrimination, sans exclusion quels que soient l'âge, l'état de santé ou le niveau de revenu.

logo coeur solimut 2

Si vous préférez nous joindre,

vous pouvez nous appeler au 0800 13 2000 (de 9h30 à 17h30 du lundi au vendredi)

* Nous vous rappelons que nos appels s’effectuent dans le respect de la loi n° 2021-402 du 8 avril 2021 et du décret n° 2022-34 du 17 janvier 2022 relatifs au démarchage téléphonique et nous vous informons qu’à défaut de consentement explicite de votre part, la Mutuelle ne sera pas en mesure de vous recontacter.

Les données à caractère personnel recueillies font l’objet d’un traitement par Solimut Mutuelle de France, conformément à la loi n°78-17 Informatique et Libertés du 6 janvier 1978 modifiée, et au règlement européen 2016/679 du 27 avril 2016.
Pour la réalisation de ce traitement, la Mutuelle pourra faire appel à un sous-traitant, lié par contrat, qui présentera les garanties suffisantes afin de répondre aux exigences de sécurité et de confidentialité des données,
ainsi qu'au respect des instructions de traitement définies par la mutuelle.
L’intégralité de la politique de protection des données personnelles mise en place par la Mutuelle peut être consultée à cette adresse. 

Les données à caractère personnel recueillies font l’objet d’un traitement par Solimut Mutuelle de France, conformément à la loi n°78-17 Informatique et Libertés du 6 janvier 1978 modifiée, et au règlement européen 2016/679 du 27 avril 2016.
Pour la réalisation de ce traitement, la Mutuelle pourra faire appel à un sous-traitant, lié par contrat, qui présentera les garanties suffisantes afin de répondre aux exigences de sécurité et de confidentialité des données,
ainsi qu'au respect des instructions de traitement définies par la mutuelle.
L’intégralité de la politique de protection des données personnelles mise en place par la Mutuelle peut être consultée à cette adresse.