Accueil > Solimag > Quizz > Vaccins, obligatoires ou recommandés : comment savoir ?
Prévention et bien être

Vaccins, obligatoires ou recommandés : comment savoir ?

Prévention et bien être
En France, la politique de vaccination est assez complexe. Un petit quizz pour bien comprendre quelles sont les vaccinations obligatoires, recommandées… et quels sont les risques pour les parents et les enfants de ne pas souscrire au calendrier officiel.
Publié le 17 mars 2017

VRAI OU FAUX ?

1/5 : Les trois seules vaccinations “obligatoires” en France pour les enfants sont celles contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite (DTP).

Bonne réponse : Vrai

 

Sauf contre-indication médicale reconnue, ces trois vaccins sont les seuls obligatoires, tous les autres ne sont que ”recommandés”. Ainsi depuis juillet 2007, le BCG (contre la tuberculose) n’est plus obligatoire. Pour l’inscription des enfants en crèche, à l’école, en colonie de vacances ou pour toute autre activité périscolaire, il est indispensable de fournir la preuve de leur vaccination uniquement pour ces trois vaccins (DTP). Attention : le refus ou l’entrave à la vaccination par la personne qui exerce l’autorité parentale sont passibles de six mois d’emprisonnement et 3 750 euros d'amende, selon le Code de la santé publique. 

2/5 : L’enfant doit être vacciné dans les trois premiers mois de sa naissance.

Bonne réponse : Vrai

Le calendrier vaccinal officiel (simplifié en avril 2013) précise les informations suivantes pour les vaccinations obligatoires : 

- contre la diphtérie et le tétanos : seule la primo vaccination avec le 1er rappel à 11 mois est obligatoire (première injection à deux mois, la deuxième à 4 mois) ;
- contre la poliomyélite : la primo vaccination et les rappels sont obligatoires jusqu'à l'âge de 13 ans ; les injections sont couplées avec celles contre la diphtérie et le tétanos.
- contre la fièvre jaune : pour toutes les personnes résidant en Guyane.

3/5 : Les vaccins “recommandés” ne sont pas obligatoires, mais considérés comme importants.

Bonne réponse : Faux

Dans le calendrier vaccinal, onze vaccins sont considérés comme recommandés, donc non obligatoires. Ils concernent :
- les maladies telles que la coqueluche, la rubéole, la rougeole, les oreillons, la varicelle ;
- les infections invasives à haemophilus influenza, à pneumocoque, à méningocoque C,
- les infections à papillomavirus humains (pour les jeunes filles entre 11 et 14 ans),
- les hépatites B et A (pour les professionnels exposés à un risque de contamination).

Par ailleurs, le vaccin contre la tuberculose (le BCG) qui n’est plus obligatoire est fortement conseillé pour les enfants exposés à un risque élevé (résidant en Île de France ou en Guyane, antécédents familiaux, nés ou issus de parents originaire d'un pays très touché par la tuberculose, vivant dans un habitat précaire...).

4/5 : Il est possible de faire vacciner son enfant uniquement avec les trois vaccins “obligatoires”.

Bonne réponse : Vrai

 A l’heure d’aujourd’hui, cela n’est pas possible. En effet, les vaccins contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite (DTP) ne sont pas commercialisés seuls en France ou isolément les uns des autres. Ils sont systématiquement couplés avec d'autres vaccins, comme ceux contre la coqueluche ou l'hépatite B même si ces vaccins ne sont pas obligatoires.
Résultat : le calendrier vaccinal, tel que présenté, soulève certaines polémiques auprès de parents qui refusent les vaccinations non obligatoires et sont mis dans des situations critiques (exclusion de leur enfant de la collectivité, sanctions pénales, 6 mois de prison et 3750 euros d’amende).

5/5 : Les vaccins sont dangereux pour la santé.

Bonne réponse : Vrai

La vaccination prophylactique (préventive de l’infection) a pour objectif de stimuler les défenses immunitaires en cas d’exposition à certaines maladies infectieuses. Cependant, la politique de vaccination et systématique de tous, même de sujets fragiles (nourrissons avec un système immunitaire en cours de développement, femmes enceintes…), soulève aujourd’hui de nombreuses polémiques et interrogations qui sont les suivantes : 

- Même si les virus sont atténués lors de la vaccination, sont-ils totalement inoffensifs pour l’organisme ? Quel risque a-t-on d’avoir des effets secondaires ? 
- Est-ce que les adjuvants intégrés dans la composition des vaccins pour faciliter la réponse immunitaire ne comportent aucun risque de toxicité ? 
- La vaccination préventive doit-elle concerner tout le monde même si le risque d’exposition à la maladie reste très faible ? 
- Pourquoi vacciner systématiquement des nourrissons de 3 mois contre l’hépatite B alors qu’ils ne sont pas directement exposés à cette maladie (virus transmis essentiellement par voie sexuelle et sanguine) ?
- Quels sont les effets secondaires que comporte le vaccin contre les infections à papillomavirus, recommandé pour les jeunes filles entre 11 et 14 ans ?

En attendant de mieux connaître les réponses à ces questions, n’oublions pas que le rôle de la vaccination est préventif et a permis de combattre efficacement des maladies infectieuses potentiellement mortelles. Comme le souligne l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), “C’est l’un des investissements les plus rentables dans le domaine de la santé” : 2 à 3 millions de décès sont évités par an grâce à elle.

Commentaires

Besoin d’aide ?
Je m'appelle Lucie, je suis ici pour répondre à vos questions.

Me rappeler Questions/Réponses
Besoin d'aide